Vivre avec son conjoint !

Notre maison, ou notre appartement !!! c’est le lieu intime, le refuge, celui que nous devrions avoir plaisir à retrouver après une dure journée de travail accompagnée de toutes les vicissitudes de la vie, communes à chacun de nous.

Un havre de paix qui permette de se ressourcer, se détendre après des  activités physiques parfois harassantes, reposer son esprit pollué par toutes les sollicitations cérébrales de la journée, de plus en plus envahissantes.

Et surtout retrouver son conjoint dans la paix et la sérénité, celui qui nous accompagne dans la vie pour continuer notre parcours terrestre.

On oublie trop souvent l’importance du plaisir et de l’envie de rentrer chez soi, possible uniquement lorsqu’on sait que nous allons retrouver l’amour et la bienveillance de notre conjoint. Bienveillance que nous aussi souhaitons prodiguer à celui ou celle qui nous attend, celui ou celle que nous avons choisi, pour le meilleur et pour le pire, officiellement ou non. 

S’il s’avère que l’un ou les deux conjoints soient égoïstes, occultant l’amour qui les a rassemblé, l’autre ne sera plus qu’un réceptacle servant à déverser nos humeurs maussades, oubliant qu’il ou elle subi également les affres de la vie professionnelle et sociale.

N’est-ce pas un non sens que se confier à des camarades, des collègues, des proches, sans jamais pouvoir se confier à la personne avec qui nous vivons jour après jour ? 

La vie est difficile, beaucoup trop malgré tout le confort dont nous bénéficions dans nos pays occidentaux où nous sommes envahis d’obligations inutiles, d’interdits tout aussi inutiles, qui polluent notre cerveau de façon négative.

Notre lieu de vie, notre refuge est théoriquement l’endroit où l’on peut se confier sans restriction à son conjoint, parce que celui ou celle qui nous accompagne a pour fonction de rester notre meilleur(e) ami(e).  Ses travers, on les supporte comme il  supporte les nôtres. Ses qualités, nous les chérissons, même lorsque celles-ci, exacerbées, peuvent parfois se transformer en défauts à nos yeux. 

Lorsque nous sommes irrités, il importe de se rappeler l’amour, la gentillesse, la fidélité, l’amitié, la confiance, toutes les raisons qui nous ont poussés à choisir de vivre avec cette personne. 

Si nous y parvenons, les travers n’ont plus d’importance réelle, juste de petits désagréments ponctuels liés à la vie en commun, ce qui est inévitable. L’essentiel est de pouvoir en parler avec franchise, bienveillance, et humour après avoir calmé nos émotions négatives, au lieu de ruer dans les brancards à chaque différends.  

Pour terminer, un adage à retenir dans les moments difficiles :

Telle est  une vertu, lorsque la journée est finie, que l’on rentre chez soi, que toute crainte et toute inquiétude disparaissent de notre esprit.  Le passé ou l’avenir, bon ou mauvais, n’est pas oublié, mais cesse d’avoir pouvoir sur le présent.

Passer une soirée et une nuit sereines et aimantes avec son conjoint, sa famille, sera sans conteste pour nous tous la meilleure façon d’aborder la journée suivante de façon positive et avec courage. Pour nous-mêmes, mais aussi pour nos enfants qui retrouveront avec joie eux-aussi le refuge serein et confiant dont ils ont besoin pour leur épanouissement.