suite des patients, les psy !!!

Le précédent article expliquait le genre de patients que les psy reçoivent, ceux qui veulent guérir, et ceux qui viennent se plaindre tout en souhaitant conserver leur statut de “victime”.

Suite au nombre croissant de personnes allant consulter “un psy”, ainsi que de résultats négatifs sur pas mal de personnes traitées, on peut affirmer sans se tromper que la plupart de ces soi-disant thérapeutes sont aussi perturbés que les personnes qu’ils reçoivent.

Ils ne peuvent faire de miracles, comme expliqué dans le précédent article, c’est un fait. Mais certains, non guéris de leurs propres tourments, influencent de manière néfaste et ajoutent des problèmes supplémentaires aux personnes venant les voir.

Une question se pose  : Même si on ne guérit jamais de certaines choses, nous tous, psy ou pas,  comment un thérapeute peut-il  être crédible s’il n’applique pas à lui-même les conseils qu’il prodigue ?  En fait, se prenant pour des dieux face à la détresse des personnes venant les consulter, ils contaminent leurs patients de leurs propres névroses, au lieu de les aider à guérir !

En principe, une thérapie sert à aider une personne à vivre de façon rationnelle  pour un intérêt individuel ET un intérêt social, ce n’est pas l’un à l’exclusion de l’autre. Malheureusement, il arrive trop souvent qu’en voulant rassurer leurs patients sur eux-mêmes (avec une intention louable certainement) ils utilisent des méthodes qui leur fait oublier leurs vrais problèmes, en procurant de quoi alimenter un ego surdimensionné à ces personnes déjà fragilisées. Le résultat est un antagonisme encore plus développé avec leur entourage, on peut le constater régulièrement en fréquentant des personnes ayant fait des thérapies. 

La théorie n’est pas la pratique. Il est dommage que beaucoup de “psy” appliquent ce qu’ils ont appris de façon théorique sans jamais en démordre ni s’adapter aux patients qu’ils reçoivent, parce que la thérapie “modèle” n’existe pas. 

Comme expliqué dans l’article sur les patients, il ne sert à rien de perdre un temps indéfini à comprendre le pourquoi, au lieu d’aider en premier lieu à se tenir debout et pouvoir marcher, avant de comprendre pourquoi on est tombé.

Il y a aussi un feeling indispensable entre un patient et son thérapeute, et il est souvent préférable de changer rapidement de psy lorsque le résultat se fait trop attendre, si l’on tient à guérir et non avoir uniquement une oreille pour se plaindre.

Aussi, si l’on tient à réellement “guérir”, il est important de bien se renseigner avant d’aller consulter un psy, et observer le résultat sur les personnes ayant eu à faire à un thérapeute quelconque.

Tous ne sont pas délétères, certains (trop peu), sont efficaces et savent faire abstraction d’eux-mêmes, s’ils sont dévoués et aimants envers les personnes qu’ils “soignent”. Ils réussissent à s’adapter à chaque cas particulier, au lieu de répéter une théorie apprise, sans humanité et sans réflexion.