FOI ET ARGENT !

Depuis des siècles, on inculque aux croyants qu’il faut être pauvre pour hériter du royaume de Dieu. Il arrive même que certains athées reprochent aux croyants plus aisés de profiter de leurs moyens. Mais est-ce un injonction de Dieu, de Christ, ou des hommes ?

Il est vrai que l’église catholique encourageait les serviteurs de Dieu à être pauvres, vivre chichement, manquant de nécessités les plus élémentaires, vêtements et nourriture parfois, une vie de sacrifice.
Que disent les Écritures à ce sujet ? Est-ce la seule condition pour espérer en la vie éternelle promise par Dieu ? 

Voici ce qu’en dit Frédéric Lenoir dans “le Christ philosophe”
Jésus fréquentait les pauvres et s’adressait à eux, mais il ne méprisait pas les riches pour leurs richesses. Ses amis Marthe, Marie et Lazare étaient des gens aisés. De même que les publicains chez lesquels Jésus s’attablait sans leur demander de changer de métier, exigeant simplement d’eux qu’ils soient honnêtes dans leur exercice. (Luc 3:13). S’il demande aux plus parfaits de ses disciples d’abandonner tous leurs biens, Jésus se contente, à l’intention de la majorité de dénoncer l’accumulation inutile des biens : à quoi serviront les abondantes réserves de richesses lorsque l’heure sonnera, cela peut arriver demain, dans quelques jours ou quelques mois, peut-être cette nuit même. (Luc 12:16 – 21)
Ce n’est pas l’argent, mais l’amour de l’argent qu’il dénonce : Nul ne peut servir deux maîtres, ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent. (Matthieu 6:24) Jésus ne dénonçait pas le mépris ou l’interdiction de la richesse, mais la nécessité du partage. Son message concernait  ceux qui accumulent les richesses, sans se soucier des pauvres qui vivent à leurs portes.

La condition pour entrer dans le royaume de Dieu n’est pas d’être riche ou pauvre, mais d’aimer Dieu, soi-même, et son prochain. 

Qu’on soit riche ou pauvre, n’a aucun intérêt aux yeux de Dieu, seul notre cœur est déterminant pour Lui plaire. Il n’a pas prévu que nous vivions comme des malheureux manquant de tout, au contraire, Il souhaite que nous profitions de tout ce qu’Il a mis à notre disposition pour vivre heureux. 

Les deux pièges de l’argent sont ceux-ci : Pour les riches, trop en avoir encourage à accumuler toujours plus de richesses, sans jamais être rassasiés, oubliant les vraies valeurs de la vie. Pour les pauvres, travailler et vivre uniquement pour s’enrichir, sans se préoccuper des autres, entretenant des sentiments d’envie et de jalousie envers ceux qui sont plus riches qu’eux.

Les riches ne sont pas “mauvais” parce qu’ils sont riches, les pauvres ne sont pas “gentils” parce qu’ils sont pauvres. Tout n’est question que de mentalité, richesse ou pauvreté n’y change rien.

Pour ceux qui sont dans des difficultés, financières ou autres, le Christ nous exhorte à demander dans nos prières, sans nous lasser, l’aide dont nous avons besoin, et rechercher d’abord le Royaume et sa Justice, et toutes les autres choses nous seront ajoutées. (Matthieu 6:33)

Jésus dénonce ceux qui accumulent les richesses sans se préoccuper des pauvres qui vivent autour d’eux, et cette façon de faire n’est pas adressée qu’aux riches, mais également à ceux, moins riches ou même pauvres dont le centre d’intérêt ne se fixe qu’uniquement sur les biens matériels.