LA JALOUSIE !

Nous ne parlons pas de sentiment de jalousie occasionnel, qui paraît normal lorsque notre conjoint éprouve une attirance qui semble excessive envers un autre homme ou une autre femme. A condition de ne pas laisser ce sentiment dominer notre vie et parasiter les relations.

Il est plutôt question d’une jalousie malsaine, insidieuse, destructrice envers d’autres personnes, particulièrement la famille, les amis, les voisins. 

Pour les amis et les voisins, la réussite de n’importe quel autre attise leur dépit, même si eux-mêmes sont nantis et ne manquent de rien. Ils ne supportent pas que d’autres acquièrent la moindre petite chose de plus qu’eux. Mais peut-être manquent-t-ils de l’essentiel, l’amour et la fraternité qu’ils n’arrivent à pratiquer à cause de leur jalousie morbide ?

Concernant les liens familiaux, c’est le même processus. Si l’un des enfants réussit mieux son cursus professionnel, si un autre a une vie plus sereine et harmonieuse, cela peut attiser la jalousie de celui qui reste en arrière et ne parvient pas à trouver sa voie.

C’est souvent le cas des cadets envers les aînés. Jaloux de l’amour que les plus âgés ont reçu avant eux, ils s’imaginent que ceux-ci reçoivent plus  et sont plus appréciés. Cette jalousie, très insidieuse, peut parfois mettre des années à s’exprimer clairement. Dans ce cas, toute la vie du jaloux sera aigri par l’image qu’il s’est fait de son frère ou de sa sœur, toute sa vie contiendra une rancœur non avouée,  l’empêchant de progresser en cherchant à la loupe les défauts de l’autre au lieu d’apprendre à renforcer ses propres qualités.

Si par la suite, l’objet de cette jalousie gère mieux sa vie et la réussit mieux que la personne jalouse, elle la poussera à vouloir la séparer les autres membres de la famille, en calomniant et transformant en négatif les paroles échangées lors d’une discussion, de façon contraire à la réalité.

Au lieu d’accepter la bienveillance des personnes qu’elles jalousent, elles y voient de la malveillance, parce qu’on attribut toujours à ceux dont on est jaloux la malveillance qu’on éprouve soi-même.

Au lieu d’être heureuses pour la réussite de leurs frères ou de leurs sœurs, elles dénigrent et agressent, quoi que la personne puisse faire pour elles. L’aide qu’on peut lui apporter sera prise pour un sentiment de supériorité.

Tout ce qu’on peut faire pour prouver notre compassion et notre amour à cette personne ne fera qu’attiser plus encore le poison de cette jalousie, qui peut être malheureusement plus forte que les sentiments fraternels.

C’est triste, cela peine ceux qui la subissent.

Mais c’est terrible pour celui ou celle qui éprouve ce sentiment sans pouvoir le canaliser, parce qu’elles le nient avec force.

Que faire envers ces personnes, nombreuses en fin de compte ?

Rester conscients qu’elles sont très malheureuses. Ne pas se lasser d’éprouver de la compassion, continuer à les aimer sans s’attacher aux chagrins qu’elles infligent. Prendre de la distance lorsque cela devient trop difficile à supporter. Laisser le temps faire son travail, comme un pansement réparateur.